Agents – Radios

Quoique les premiers agents belges (avec √©metteur radio) en mission du Deuxi√®me Bureau aient √©t√© largu√©s en Belgique √† partir d’octobre 1941 afin de prendre contact avec la R√©sistance (L√©gion Beige), il faut attendre fin 1942 avant que le Quartier-g√©n√©ral de l’Arm√©e de Belgique puisse disposer de trois √©metteurs. Au total, 59 agents parachutistes sont envoy√©s par le Minist√®re Beige de la D√©fense Nationale. Pas moins de 32 sont arr√™t√©s, dont 14 qui sont morts dans les camps de d√©portation; 6 sont morts en action.

Jusqu’√† fin 1943, comme tous les messages destin√©s √† Londres doivent transiter par Bruxelles. Il arrive souvent que des messages importants et urgents soient transmis via les services de renseignement (entre autres les Services Luc, Marc, Z√©ro, Bayard, Zig …) qui travaillent pour la S√Ľret√© d’√Čtat belge.

Le 01 juin 1944, l ‘Arm√©e Secr√®te peut disposer d’une vingtaine d’adjoints de Londres (dont 11 avec radio, r√©partis dans les cinq Zones).

Les √©metteurs radio, qui ne peuvent travailIer qu’en morse, sont dissimul√©s dans une valise et sont du type 3 MK II (4,8 Kg) ou du type A MK III (2,5 Kg).

Pour échapper aux services de radio-repérage, les émetteurs doivent être déplacés fréquemment et émettre de manière très brève.

Tous les messages, en provenance ou √† destination de l’Angleterre, sont cod√©s √† partir d’ao√Ľt 1943 au moyen du ¬ę¬†one time path¬†¬Ľ system. Un special ¬ę¬†identity check¬†¬Ľ permet de d√©finir si I’op√©rateur agit ou non sous menace de I’ennemi.

Les allemands savent que les ¬ę¬†messages personnels¬†¬Ľ √† destination de la R√©sistance sont √©mis par la BBC vers 19.15 heures. Comme ils ont confisqu√© les appareils radio des particuliers et qu’ils peuvent m√™me op√©rer des coupures de courant √©lectrique, de petits r√©cepteurs, du type MCR-1, aliment√©s par des batteries s√®ches et munis d’√©couteurs, ont √©t√© sp√©cialement largu√©s pour permettre √† la R√©sistance d’entendre les communications importantes.